Les flûtes colonnes

Les flûtes colonnes

Pour son nFlûtes_colonne 1 crédits YLM Pictureouveau spectacle, Doulce Mémoire présente les fac similés d’un consort de quatre flûtes colonnes datant du 16ème siècle, réalisées par le facteur Henri Gohin.
Ces flûtes exceptionnelles, dont seul quatre exemplaires ont survécu dans le monde sont attribuées au facteur allemand du XVIè siècle, Rauch Von Schrattenbach. Deux exemplaires sont à Paris, un à Bruxelles et le quatrième au Japon

Leur forme externe rappelle une colonne antique, la décoration peut-être extrêmement raffinée : viroles finement gravées, porte et cache pour les clés, embouchures décorées de têtes d’animaux.
La basse et les ténors comportent, comme le basson, un conduit replié sur lui-même permettant un ravalement, c’est-à-dire la possibilité d’obtenir plus de notes dans le grave qu’une flûte à bec habituelle.
Le diapason bas, autour de 392, confère à ces flûtes une sonorité extraordinaire, proche de l’orgue. En 1772 une quarantaine de ces flûtes existait encore à Anvers comme le note le fameux voyageur anglais Charles Burney qui a pu les voir. Elles étaient jouées jadis tous les jours par des musiciens qui accompagnaient les marchands se rendant à la bourse.

Les musiciens de Doulce Mémoire sont aujourd’hui les seuls au monde à jouer ces instruments dont la qualité sonore est unique. Après avoir servi pour plusieurs enregistrements de l’ensemble, « Magnificences à la cour de François 1er », est le premier spectacle dans lequel le public pourra découvrir ces instruments.